Poster un message

En réponse à :

Les éditeurs scolaires à éviter

, par Acothereau

Bonjour,

Je me permets d’intervenir en tant qu’éditrice scolaire d’abord en CDD puis ensuite free-lance (donc je travaille pour différentes maisons d’édition). Pour information : les éditeurs qui ne sont pas à éviter comme vous le dites non seulement sous-paient leurs intervenants extérieurs (mais demandent la même qualité de travail que les éditeurs « assoiffés » cités), mais ne paient ni de droits d’auteurs ni de droits tout court pour tous les documents (audio, vidéos, icono) et textes qu’ils publient sur leurs manuels payants.

En revanche, ce que vous ne tenez pas en compte, c’est le coût de fabrication d’un manuel, qu’il soit papier ou numérique chez les éditeurs « assoiffés » ou plutôt « légaux » en terme de droits et de rétribution financière à tous les intervenants de la chaîne. Ce qu’il faut savoir c’est que pour faire un manuel nous sommes une grosse équipe, en commençant par les auteurs qui sont tous professeurs spécialistes de leur matière. Ensuite il y a derrière un gros travail pédagogique, didactique et éditorial (qu’il n’y a pas chez les éditeurs « à ne pas éviter » puisque d’énormes anomalies pédagogiques sont présentes et persistent dans les dernières versions pré-impression), tous les documents qu’ils soient texte, icono, audio, vidéo, etc. sont soumis à des demandes de droits avec rétribution qui, parfois, peuvent aller jusqu’à 3000 euros pour 1min30 de film par exemple... (voire pire) et tous ces droits doivent être demandés pour l’impression papier ainsi que pour la version numérique, donc il s’agit d’un double droit, donc un double paiement.

Je précise tout de même que j’ai été moi même enseignante, donc en soi je ne suis ni pour ni contre, je rétablis un peu de vérité en tant que pédagogue et en tant qu’éditrice intervenant dans plusieurs des grosses maisons et aussi pour les petits éditeurs « à ne pas éviter ». Juste un conseil pédagogique (sans parler du prix) = si vous voulez un manuel qui tienne la route avec de vrais spécialistes derrière et pour une bonne conscience de rétribution des gens qui travaillent pour faire ces manuels (on n’est pas non plus des « riches » hein, les profs sont bien payés en comparaison avec nos salaires), restez sur des valeurs sûres malgré le prix de leur licence numérique.

Et pour info, la version numérique coûte encore plus chère à faire que la version papier. Je crois que vous ne vous rendez pas compte du travail qu’il y a derrière tout cela et du coût. Si les éditeurs donnaient gratuitement tout ce que vous souhaitez, comment pourraient-ils survivre ? Et nous petites mains, ne pas être au chômage ?
Je vous laisse à votre réflexion puisque vous semblez être très au courant.

Bien à vous.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.